Galerie Martagon

Isa Barbier, Michel Barjol, Olivier Bartoletti, Martin Caminiti, Julien Cassignol, Max Charvolen, Philippe Chitarrini, Christine Crozat, Bill Culbert, Pip Culbert, Claire Dantzer, Nicolas Daubanes, Nicolas Desplats, Philippe Domergue, Bertrand Gadenne, Jean-Claude Guillaumon, Lina Jabbour, Sandra D. Lecoq, Marie-France Lejeune, Caroline Le Méhauté, Franck Lestard, Susanna Lehtinen, Sylvie Maurice, Anne-Marie Pécheur, Jean-Yves Pennec, Etienne Pressager, Charlotte Pringuey-Cessac, Pascal Simonet, Wanda Skonieczny, Christian Valverde




Christian Valverde


Vit et travaille à Bollène

Voyez-vous...

Voyez-vous, c’est une invitation. Une invitation à vous intégrer dans les peintures de Christian Valverde, goûter un instant à l’illusion d’être cerclé de l’auréole divine.
Christian Valverde est un fugitif, il traverse et nous fait traverser des rivages extérieurs célestes.
Il nous fait entrer au cœur du mystère de la matière picturale par le biais d’effets palimpsestes de la peinture “pariétale actuelle”.
Au départ il y a son ombre portée sobrement contournée au crayon sur un champ coloré, ses toiles deviennent des espaces capteurs d’images piratées, de transparences évanescentes. Des images sans histoire où l’emploi de couleurs vibrantes, jaune, bleu, rouge, verte... est brouillé par des coulures au symbolisme inconnu.
Puis il y a nous, invités aléatoires, occasionnels, profiteurs des vertus anamorphiques des réverbérations de la lumière dégagée par l’ensemble. Résultat de l’addition de gestes à peine contrôlés.
Le support est rigide, statique, pourtant il flotte comme un drapeau parcouru par une écriture cursive, graphismes joyeux déjouant les lois de la pesanteur.

L’œuvre de Christian Valverde s’est appropriée les luminosités captivantes du monde qui l’entoure : celle des enseignes lumineuses, des écrans fascinants diffuseurs d’informations rapides. Sans contenu narratif ni images reconstituées, ses travaux dévoilent un autre type de contenu phénoménal et non anecdotique. Sa peinture se lit comme une signalétique concrète.

Michel Barjol - septembre 2008


Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde Christian Valverde